Robert Lassalvy - Dessinateur humoriste

Vous êtes ici : Accueil > BIOGRAPHIE > Biographie


Biographie

Robert Lassalvy est un dessinateur de presse et caricaturiste français, né le 22 Avril 1932 à Cournonterral. Après un bref apprentissage du dessin industriel, puis quatre années d’études à l’École des Arts Graphiques de Paris, il se consacre alors au dessin humoristique.

C’est dans l’univers foisonnant du Quartier latin et du Saint-Germain d’après-guerre (période durant laquelle il fréquente Sempé, Fred, Cavanna, Fortuné, Rol, Jac Faure, Charney ...), qu’il trouve, au début des années 50, un terrain favorable pour extérioriser son humour et sa fantaisie.

Fin observateur de la vie quotidienne et du monde qui l’entoure, Lassalvy met en scène des personnages familiers dans des situations insolites et cocasses. Grâce à son imagination pétillante et une savante habileté, il caricature avec brio et espièglerie, les petits défauts et autres bizarreries de l’esprit de Monsieur et Madame Tout-le-Monde, érigeant ainsi les gens ordinaires en véritables héros populaires.

À travers une galerie de portraits et de gags pittoresques, Lassalvy met donc en lumière une foule de personnages plus vrais que nature, profondément ancrés dans leur milieu social et campés dans un décor souvent intime. Ses dessins d’humour, visant à provoquer le rire par un effet burlesque, sont une interprétation parodique de la nature humaine. Intemporels et universels, ils révèlent une forme d’esprit railleuse soulignant le caractère comique, ridicule, absurde ou étrange de certains aspects de la réalité.

Connu surtout pour son humour grivois et ses héroïnes ultra-sexy, Lassalvy débute néanmoins sa carrière en toute conformité avec la morale de l’époque, publiant ses premiers dessins dans la revue catholique Le Pélerin en 1950 puis Le Rire en 1952. Cette année-là, débute aussi sa collaboration avec le journal Ici Paris, hebdomadaire populaire où se distinguent déjà d’éminents confrères (Faizant, Peynet, Bellus, Dubout, Gad, Aldebert, Uber, Tetsu ...), et pour lequel il crée le personnage de "Caline", ainsi que ses fameuses "Choutes chéries ", publiées jusqu’en 1994, année qui marquera la fin de sa relation avec le journal après plus de 40 ans de succès.

Suivront ensuite d’autres grands titres comme Nous Deux, La Presse, Marius, Le Hérisson, France Dimanche, L’équipe, Le Parisien Libéré, France Football, Le Journal du Dimanche, France Soir, Midi Libre, Paris Jour, Noir et Blanc, Le progrès, Paris Match ...

En 1959 et 1960, ses dessins sont publiés dans le journal Pilote, grand magazine illustré de bandes dessinées, fondé entre autres par François Clauteaux, Albert Uderzo et René Goscinny. De 1955 à 1965, il collabore avec l’hebdomadaire Bayard, puis le mensuel Record, deux autres magazines pour la jeunesse consacrés essentiellement au neuvième art. Enfin, en 1966, Marcel Dassault qui remarque ses dessins dans Ici Paris, lui propose alors de travailler pour Jours de France, où Kiraz et bien d’autres contribuent déjà à la renommée de cet hebdomadaire féminin très populaire.

Suivant toujours d’un œil attentif l’évolution des mœurs et de la société, Lassalvy décide, vers la fin des années 60, de croquer de manière plus polissonne les travers de ses contemporains. Il imagine alors des gags liés à l’intimité des relations amoureuses et de la vie conjugale, privilégiant le comique de situation et le dessin sans paroles dont il a toujours été partisan. C’est ainsi qu’il donne naissance, un Mai 68 et une révolution sexuelle plus tard, à ses célèbres soubrettes et autres créatures plantureuses aux formes généreuses, immortalisées dans des revues de charme illustres. Sa collaboration avec les magazines Lui (1964-1989) et Playboy (1977-1996) demeure aujourd’hui la période la plus emblématique de son œuvre.

Publié aux Etats-Unis par Playboy Press dans le magazine érotique " Oui ", ainsi qu’au Brésil dans la célèbre revue humoristique "Status Humor ", ce chroniqueur infatigable est aussi l’un des rares dessinateurs français à connaitre un large succès au Japon, où un journal de Tokyo lui consacre quotidiennement, en première page, un dessin intitulé : " Lassalvy, c’est la vie ! ".

Dessinateur hors norme et génial touche-à-tout, il contribue également, en 1973, avec Mose, Roger Sam et Rik Cursat, à l’illustration d’un opuscule intitulé "Conorama par San-Antonio " lors de la sortie du roman "Les con " de Frédéric Dard. Quelques années plus tard, ce dernier lui écrit :

Enfin, en 1983, il reçoit des mains d’Alain Poher, président du Sénat, le premier prix de l’humour médical dans le cadre du VIème Salon des dessinateurs humoristes de la presse.

D’Ici Paris à Playboy, de Lui à La Vie Catholique, ses dessins furent publiés dans la presse française et internationale pendant 50 ans.

Considéré comme l’un des grands dessinateurs français de sa génération, il est nommé au grade de Chevalier dans l’Ordre des Arts et des Lettres le 30 Novembre 1999.

Jusqu’à son décès, survenu le 31 Mars 2001, Robert Lassalvy continuera à travailler pour quelques publications étrangères, et consacrera le reste de son temps à la peinture, sa seconde passion.

Le 12 Janvier 2020, la municipalité de Cournonterral lui rendra un vibrant hommage en inaugurant de son nom l’ancienne halle communale située sous l’Hôtel de Ville. Une plaque commémorative ornée d’une de ses caricatures y fut dévoilée à cette occasion.

 

Robert Lassalvy - Dessinateur humoriste © 2013 - 2021
Plan du site | Se connecter | Mentions légales | Contact |

Conception comfiction.com